#Articho : la startup québécoise qui simplifie l’achat d’art!

articho-cover

Cette semaine, 1001startups vous emmène au Québec ! Articho, fondée par Gwen Salley, Mathieu Cassagnes et Stéphanie Brochu, est une marketplace spécialisée dans les oeuvres d’art qui a pour mission de démocratiser et simplifier l’acquisition et la collection d’oeuvres.  Rencontre avec Gwen Salley, co-fondateur ! 

Gwen, peux-tu nous expliquer le concept d’Articho ?

Articho est une plateforme qui a pour but de réunir des artistes débutants, des consommateurs intéressés et acheteurs potentiels. En réalité, nous créons un éco-système fermé ou des centaines d’artistes peuvent lister, promouvoir et vendre leur art. 

articho1

En clair, nous voulons fluidifier un marché qui est aujourd’hui opaque et inefficace aussi bien pour les artistes que pour les clients. L’industrie de l’art se numérise à grande vitesse et nous sommes convaincus que cette méthode fera repasser les arts visuels au premier plan.

Et le client dans tout ça ?

Pour les clients, nous offrons un moyen simple de créer et gérer une collection grâce à un système unique au monde. Dès qu’un client acquiert un tableau avec Articho, nous gardons la vie digitale de l’oeuvre active. Et nous ne prenons  la plus petite commission du marché.

Combien de membres compte Articho ?

Nous avons déjà plus de 300 artistes et 1200 oeuvres sur la plateforme et ce chiffre augmente chaque jour. Notre défi aujourd’hui est principalement de rester proche de notre communauté pour leur offrir un produit sur mesure qui aura un impact irréversible dans l’industrie. Et c’est passionnant !

Quel est le business model de la startup ?

Notre business model consiste à prélever 25% de la valeur de chaque transaction ce qui est moitié moins que les galeries physiques et également moins élevées que nos concurrents en ligne. Nous travaillons également pour offrir une nouvelle façon de collectionner l’art. Lorsqu’une oeuvre est vendue sur notre plateforme, nous gardons le listing actif sur le site et sur la page profil de l’acheteur pour lui offrir un suivi de valeur potentielle de son oeuvre basée sur l’augmentation (possible) des tarifs de l’artiste en question.

ARTICHO2

En d’autres termes, nous espérons être capable à plus long terme, d’offrir un suivi de valeur en temps réel des oeuvres d’art achetées chez nous et éventuellement offrir la possibilité de revendre son oeuvre sur le site. Dans ce cas, nous prélèverions une plus petite commission (environ 10%) et reverserions une commission à l’artiste ayant créé l’oeuvre (également 10%). L’idée derrière ce principe est que les collectionneurs novices ou professionnels pourront gérer facilement et de façon crédible leur portfolio d’oeuvre et surtout, l‘artiste pourra gagner de l’argent plusieurs fois dans la vie de son oeuvre ce qui est unique au monde.

Et que pensent les galeries d’art de ton model ?

Les galeries savent que le numérique arrive en force. Mais, elles font un travail formidable auprès des artistes pour les promouvoir et gérer leurs carrières. Pour être honnête, l’idée de collaborer avec des galeries n’est pas à exclure et d’autres galeries en ligne le font déjà. Je pense que l’on peut travailler de façon complémentaire pour promouvoir et développer au mieux les artistes.

ARTICHO3


À quand la version française, Gwen ? 

Je suis moi-même français, je suis parti au Canada il y a 4 ans pour y faire mes études. Vivant au Québec, les liens avec la France sont évidemment très forts ne serait-ce que d’un point de vue entrepreneurial où beaucoup de partenariats sont en train de voir le jour entre des accélérateurs/incubateurs Canadiens et des boites françaises. Même à plusieurs milliers de kilomètres, nous voyons bien que la scène Tech française devient sérieuse et extrêmement prolifique.

Nous espérons nous rapprocher de la France et ouvrir Articho aux artistes français rapidement. Aujourd’hui, nous livrons partout dans le monde des oeuvres d’artistes canadiens et américains. C’est une question de temps avant que l’on ouvre en Europe.

 

Fiche d’identité 

Capture d’écran 2016-05-11 à 12.46.38Nom des fondateurs : Gwen Salley, Mathieu Cassagnes, Stéphanie Brochu
Où est située la start-up ? : Québec, Canada
Secteur d’activité : E-commerce, Marketplace, IoT, Art
Website : Articho.co
Facebook :Articho
Twitter : @Articho_co 


 Un projet dans l’art ? Demandez conseils à nos experts !

Expert application mobile

Écrit par

Co-fondateur de 1001startups.fr, et dirigeant de Clydes Formation (filiale de 1001startups) centre de formation au digital (growth hacking, social selling, culture startups, ...). Je suis un passionné d'entreprenariat, de foot, de turntablism (scratch) et de hiphop (1996-2005).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *