Levée de fonds : Comment choisir mes investisseurs ?

investisseur startup business angel

La levée de fonds est un marathon. Du pitch, au term sheet en passant par la rédaction du business plan, toutes les étapes sont cruciales. Une des plus importantes est de savoir vers qui se tourner pour la recherche de fonds. VC, BA, Industriel ? Quels critères prendre en compte ? Voici nos conseils pour choisir le meilleur investisseur pour votre projet.

Qui sont les différents investisseurs possibles ?

Il existe différents types d’investisseurs selon le besoin de la levée de fonds. Il est essentiel de cibler les bons investisseurs dès le début pour ne pas perdre de temps.

Les business angels (BA), sont des investisseurs particuliers qui décident de soutenir financièrement une entreprise dont le projet est innovant. En plus de leur patrimoine, ces investisseurs mettent à disposition de l’entrepreneur leurs expériences et l’ensemble de leurs compétences dans le domaine entrepreneurial.

Les industriels sont des grandes entreprises proches du secteur de votre entreprise qui investissent dans dans votre entreprise pour garder à vu vos activités et être positionné en cas de décollage pour un éventuel rachat.

Les Venture Capitalists (VC), sont des sociétés financières dont l’objectif et de réaliser des plus-values. Si tous acceptent la possibilité d’échec, ils espèrent faire de gros gains.

Quand allez voir les investisseurs ?

Une startup connait plusieurs phases de développement, en fonction du momentum les investisseurs potentiels diffèrent.

En période d’amorçage, les BA seront un parfait complément à votre love money. Les compétences des business angels permettront aussi à la startup de solidifier les bases de son business. Même si le ticket moyen n’est pas élevé, ce sont eux qui prennent le plus gros risque. Ils sont tentés par l’aventure entrepreneuriale et la défiscalisation plus que part l’investissement financier.

Concernant les industriels et les VC, il faut que la startup soit un minimum développé. Au moins un MVP en fonction. Il faut que la preuve du concept et que le business model soient prouvés, même sans rentabilité. Si l’industriel n’a pas pour vocation d’attendre de fortes valorisations pour ne pas avoir à casser la tirelire, c’est totalement différent chez les VC.

Combien peuvent apporter les investisseurs et à quelles conditions ?

Les business angels ont une stratégie d’investissement peu risquée. Il n’investissent que des petites sommes dans plusieurs sociétés. Pour cette investissement, ils demandent en moyenne entre 25 et 30% du capital. Habituellement, les tickets oscillent entre 5 000 et 10 000 euros par tour de table. Concernant les gros investissements de BA, de 150K à 500K, il faudra séduire plusieurs réseaux.

Les industriels peuvent mettre entre 300K et 800K. L’objectif sera de vous donner les moyens de tester et de constituer une équipe solide pour prouver la viabilité du modèle. L’industriel sera moins gourmand que les BA ou les VC en terme de prise de participation, notamment parce qu’il se sert aussi de cette stratégie pour défiscaliser.

Les VC ont une pression économique. Ils sont obligés de sortir en moins de 10 ans des startups avec une plus-values en raison de leur statut. L’investissement initial est plus important et commence autour du million d’euros et peut atteindre des sommets. Par conséquent, le gap entre les BA et VC est important. La BPI permet de réduire ce dernier avec un prêt à hauteur du montant levée en seed. La prise de participation se situera entre 20 et 40%.

Il n’y a pas d’investisseurs parfaits, pas de combinaison idéale. La levée de fonds est un outil au service du développement de votre entreprise et non pas un objectif.

Écrit par

Fondu d’entrepreneuriat, d’informations inutiles et d’humour noir. Je cherche activement un lien entre Rocky, le Hip-Hop, la Ligue 1 et les startups.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *