#Startup : La mobilité, nouvel eldorado ?

startup nouvelles mobilités moovlab

4 juillet 2017, après une expérimentation avec la feue start-up Sharette, la RATP se relance dans le covoiturage. Associée au fonds Via ID, créé par le groupe Mobivia (Norauto, Midas), RATP injecte 1,4 million d’euros dans WayzUp. La startup créée en 2012 souhaite rendre agréables les trajets quotidiens des salariés avec un covoiturage « corporate ». À l’image de cette levée, les grands groupes et les fonds guettent la moindre opportunité dans le domaine des nouvelles mobilités depuis quelques années. Il faut dire que d’après l’étude de Navigant Research 70 % de la population mondiale vivra en ville d’ici 2050, les enjeux de la mobilité sont donc réels, mais est-ce pour autant le nouvel eldorado des entrepreneurs ?

Des business compatibles avec les levées de fonds

Ne nous trompons pas, si la mobilité attire les investisseurs c’est en partie dû à la typologie d’entreprise présente dans ce secteur. Soit des startups reposant sur une dimension collaborative ultra scalable et un business model de commission par transaction nécessitant obligatoirement une levée de fonds pour se développer, mais pouvant exploser comme Blablacar ou Drivy. Soit des startups dont les recherches technologiques sont gourmandes en cash comme les véhicules 100% autonomes de Navya. La startup développe la navette Arma, capable de rouler jusqu’à 45 km/h qui embarque des technologies et quatre capteurs laser d’une portée de 200 mètres, qui lui permettent d’éviter les obstacles, ajuster sa trajectoire, adapter sa vitesse et même calculer son itinéraire, le tout sans aucune aide extérieure. Dernièrement, la startup Wheeliz qui a lancé le premier service de location entre particuliers de voitures adaptées aux personnes handicapées a annoncé une levée de fonds d’1 million d’euros. LuckyLoc, la startup qui propose la location de véhicule à partir de 1€ grâce à un business model mêlant collaboratif et disponibilité de véhicule des grands acteurs de la location (Hertz…) annonçait une levée de fonds de 2 millions d’euros.

Multimodalité, nouveaux véhicules, blockchain… Des révolutions en cours !

Outre la location et l’autonomie, l’ère du 100% automobile parait dépassée. La multimodalité devient la clé du déplacement. La startup The Treep est le Mobility Planner qui vous fait gagner du temps pour comparer, trouver et réserver le meilleur moyen de faire des petits trajets en ville ou des déplacements longue distance qui associent plusieurs modes de transport. De même, le géant Mappy a lancé son comparateur de trajet multimodal pour combattre la toute-puissance d’Uber. Dans le même esprit, Arcade City, un réseau de chauffeurs décentralisé américain sur la blockchain où conducteurs et passagers peuvent être aussi mis en relation directement. Les chauffeurs sont libres de fixer leurs prix, d’indiquer les moyens de paiement qu’ils acceptent, et d’offrir des services additionnels. Pourtant, une autre révolution approche : les véhicules volants. Après la startup Sea Bubbles qui rêve de faire voler des taxis au-dessus de la Seine, devrait lever 100 millions d’euros selon Alain Thébault, son fondateur. Des tests ont déjà eu lieu et devraient se poursuivre cet été en mer sans pour autant que la startup communique sur une date de lancement.

wheeliz startup nouvelle mobilite

 

MOOVE LAB’, l’incubateur de Station F dédié aux mobilités, lance son appel à projets

moov lab incubateur

Preuve de cet engouement, les mobilités auront leur place à Station F. À l’initiative de ce projet : le CNPA, principal mouvement des entrepreneurs de la mobilité ! Pour lancer son MOOVE LAB’, le CNPA s’est associé à Via ID, acteur de référence de l’accélération des startups dans les nouvelles mobilités, présent en France et à l’international avec de belles réussites à son actif (Drivy, Smoove, Xee, Swiftly,…). Via ID, fort de son expertise et d’un savoir-faire reconnu dans l’incubation et l’accélération de startups, orchestrera un programme d’accompagnement complet et ambitieux sur 6 mois : • Un accompagnement professionnel sur mesure : coaching personnalisé hebdomadaire, équipes d’experts à disposition, ateliers thématiques… • Un terrain d’expérimentation unique : mise en relation et connexion directe avec notre réseau d’entreprises. • Visibilité et communication auprès d’acteurs majeurs: participation aux événements du CNPA et de Station F, échanges d’expérience avec d’autres startups… Toute startup portant un projet innovant dans le champ des mobilités peut candidater jusqu’au 13 juillet sur le site :

Les startups des nouvelles mobilités : Tout ou rien !

Si le secteur des nouvelles mobilités est en effervescence, il est aussi celui dont le taux d’échec de startups est un des plus importants. Le 8 février 2016, la startup Sharette qui avait mis en place des expérimentations avec la RATP, annonçait la fermeture de ses services. La promesse de covoiturer au quotidien dans votre ville n’avait pas réussi à séduire assez d’utilisateurs pour atteindre « le financement et le temps de développement d’un projet aussi ambitieux, » expliquait le fondateur dans un PDF mis en ligne. De même, la liquidation judiciaire de Tripndrive a été prononcée le 16 mars 2017 faute de financements. La start-up spécialisée à l’origine dans la location de voitures entre voyageurs aux aéroports et aux gares avait mis en place un service destiné aux citadins avec un système d’abonnement. Mais une concurrence féroce de TravelCar, qui avait annoncé une levée de fonds de 15 millions un mois avant aura eu raison de la startup fondée par François-Xavier Leduc. La liste des acteurs de la mobilité en difficulté est longue et nombreux seront les déçus. « Ne vous garez plus jamais » proclamait la start-up Drop don’t park : un voiturier peut le faire à votre place dans certains quartiers de Paris. Malgré une levée de fonds de 400 K€ en 2016, la startup est aujourd’hui en liquidation. Autre situation, mais tout aussi représentative des limites de cet eldorado : le cas Heetch. La startup qui édite une application mobile qui permet de se déplacer la nuit dans Paris pour pas cher et dans la bonne humeur a été condamnée pour des infractions relatives à la complicité d’exercice illégal de la profession de taxi. Si le cofondateur de Heetch espère une évolution du cadre légal aujourd’hui la situation est complexe. « Notre premier objectif est de sauver l’entreprise. Heetch compte 60 employés. Jusqu’au 2 mars, nous étions à peu près à l’équilibre: nous gagnions et dépensions environ 600000 euros par mois. Après cette date, nos frais restaient les mêmes, pour un revenu nul. Grâce à l’offre Pro et La Base, ce chiffre progresse, mais nous n’arrivons pas à 600000 euros par mois. Nous prévoyons d’être à l’équilibre d’ici à la fin de l’année, » confiait-il dernièrement à ecommercemag.

seabubbles startup
Seabubble

L’accompagnement, clé du succès dans les nouvelles mobilités !

Soutenu par Via ID, Heetch se renouvelle malgré les changements de législation. Le boom se confirme aussi par l’ambition des startups stars du secteur. À l’instar des startups Xee (12 millions levés en avril 2017) qui permet la mise en place de la maintenance prédictive dans les véhicules et Drivy (30 millions en avril 2016), le leader de la location de voiture entre particuliers, qui ambitionnent de devenir les prochaines licornes du secteur. C’est d’ailleurs pour cela que « pour le CNPA, accompagner ce mouvement était une évidence: c’est notre responsabilité d’organisation professionnelle de préparer l’avenir de nos professions, en soutenant de jeunes entreprises qui vont apporter de nouveaux services, pour les usagers de demain, mais aussi pour nos métiers, » explique Francis Bartholomé, Président National du CNPA. Une responsabilité que l’on retrouve chez Jean-François Dhinaux, Directeur Incubation, Marketing et Stratégie pour Via ID. « Au-delà d’investir et d’accompagner en propre des startups dans les nouvelles mobilités, nous avons à coeur de connecter les différents acteurs de l’écosystème pour faire avancer l’innovation dans l’ensemble de la filière de la mobilité. Cela fait donc sens de faire bénéficier le CNPA de l’expertise que nous avons éprouvée depuis quelques années déjà pour identifier et faire grandir les startups prometteuses,  » explique-t-il.

Derrière Blablacar la licorne, Drivy et OuiCar qui changent petit à petit nos habitudes de consommation auto et les startups qui explosent comme ZenPark, TravelCar ou encore LuckyLoc, les nouvelles mobilités offrent des opportunités uniques. Entre data, machine learning et nouvelles directives écologiques, les populations sont en demande de nouvelles solutions de mobilité et d’innovations. En réalité, c’est la mobilité globale de nos sociétés qui est à repenser, de l’HyperLoop de Musk, au développement des véhicules électriques, le champ des possibles est vaste et l’écosystème semble prêt à suivre les entrepreneurs.

Écrit par

Fondu d'entrepreneuriat, d’informations inutiles et d’humour noir. Je cherche activement un lien entre Rocky, le Hip-Hop, l'OM et les startups.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *