#Startup : Wemind, parce qu’il est temps que les freelances aient les mêmes avantages que les salariés !

Un monde meilleur pour les freelances

Par quête de liberté, de sens, d’épanouissement personnel ou professionnel, de plus en plus de personnes choisissent de quitter le salariat et de travailler en freelance. Les indépendants constituent déjà plus de 10% de la population active en France, et on en compte 600 de plus chaque jour ! Cette population croissante fait face à des problèmes dont les salariés n’ont pas à se soucier: une protection sociale limitée, en cas d’accident ou d’arrêt maladie. Des difficultés à accéder au logement, notamment dans les grandes villes. Des retards de paiement et des factures impayées (qui constituent la cause de 25% 
des dépôts de bilan) face auxquels les freelances sont particulièrement vulnérables.

Les avantages des salariés pour les freelances

wemind mutuelle pour freelanceWemind s’attaque de front aux difficultés des indépendants et lance aujourd’hui un package de services unique sur le marché français, et comparable à ce dont bénéficient les salariés d’une grande entreprise:

  • Une mutuelle haut de gamme: remboursement des frais de santé.
  • Une prévoyance: maintien de 100% des revenus en cas de maladie ou d’accident.
  • Une garantie logement: pouvoir louer sans CDI.
  • Une aide à la négociation de prêt immobilier: pouvoir acheter sans CDI.
  • Un comité d’entreprise proposant des réductions d’environ 30% sur les loisirs et les 
services professionnels.

Selon Hind Elidrissi, co-fondatrice : « Wemind est le fruit des nombreux échanges que nous avons eus avec des freelances. Ils nous ont raconté leurs problèmes, leurs galères, les challenges qu’ils doivent relever au quotidien ! Nous avons souhaité leur permettre d’être mieux protégés face aux risques de la vie (maladie, accident…), aux aléas liés à leur activité professionnelle (litige, facture impayée…), mais aussi de ne pas pâtir de leur statut, quand il s’agit de louer un appartement par exemple. Résultat: grâce à ce package de services, les freelances peuvent bénéficier des mêmes conditions que les salariés sur des sujets essentiels, comme la santé, le logement, le travail. »

La communauté de freelance : la force de Wemind

Si Wemind peut proposer de tels services à ses adhérents, c’est d’abord parce que la startup a réussi à fédérer une communauté de plus de 12 000 freelances, ce qui lui donne un poids de négociation important auprès des compagnies d’assurance, des banques et de l’ensemble des prestataires de service.

freelance prévoyance santé mutuelle wemindSon système se base ensuite sur la solidarité et la mutualisation : ce sont les freelances qui se couvrent entre eux. « Si une entreprise a un pouvoir de négociation important quand elle souscrit à une mutuelle, c’est également parce que tous les salariés vont cotiser quel que soit leur âge ou leur état de santé, et qu’ils ne vont pas changer de mutuelle tous les ans. Cela crée une solidarité de fait et permet de diminuer les cotisations pour tout le monde : c’est ce mécanisme que nous avons voulu reproduire » précise Hind Elidrissi.

La cotisation payée à Wemind tous les mois permet donc aux freelances de mutualiser leurs risques en termes de santé et de logement, mais également d’accéder à une multitude de services qui leur feront économiser du temps et de l’argent, comme l’accès illimité à un juriste ou les réductions sur les tickets de cinéma.
Transparent sur son fonctionnement, Wemind se rémunère en facturant des frais de gestion à ses membres, de l’ordre de 10% du montant des cotisations, mais ne prend pas de participation aux bénéfices. Si ses membres sont moins malades que prévu, la société ne compte pas s’enrichir. Wemind proposera plutôt à ses membres de diminuer leurs cotisations ou de reverser l’excédent à une association. Attentifs à l’expérience utilisateur, les équipes de Wemind ont développé leurs services en ligne et couvrent leurs membres en temps réel : « Nous sommes fiers de pouvoir dire à un nouveau membre qui a une rage de dents et qui n’a pas de mutuelle qu’il peut souscrire à nos services et être couvert pour sa visite chez le dentiste quelques minutes plus tard ».

3 questions à Hind Elidrissi, co-fondatrice de Wemind

Comment les négociations se sont-elles passées ? Pas trop difficile quand on est une startup ?

Les négociations n’ont pas été dures, mais complexes. Il faut trouver des interlocuteurs qui comprennent la philosophie du projet et qui sont prêts à travailler sur le long terme. En dehors de ça, il y a bien sûr de la complexité assurantielle mais c’est aussi notre domaine d’expertise.

Vous avez négocié plus davantage que prévu : est-ce une obligation pour séduire les indépendants ?

En parallèle des négociations, nous avons passé beaucoup de temps à échanger avec les freelances sur leurs besoins, et c’est comme ça que nous nous sommes rendus compte qu’il y avait des besoins qu’on pouvait couvrir et que nous n’avions pas encore identifiés. Un jour, un freelance nous apostrophe sur Twitter sur le sujet des factures impayées. On s’est dit qu’il fallait faire quelque chose. A côté de ça, les questions juridiques forment un ensemble assez opaque et beaucoup de freelances nous posaient des questions. Bien sûr, il y a quantité d’informations sur Internet, mais on n’est jamais vraiment sûr ni de leur fiabilité ni de leur validité. C’est comme ça qu’on a eu l’idée de proposer l’assistance juridique 6/7j pour les freelances. En fait, on aura toujours cette démarche d’écouter notre communauté de freelances pour leur simplifier la vie.

Quels sont les objectifs pour l’année à venir ?

Notre objectif est de créer une communauté de 100 000 freelances en France avant de viser l’international.

 

Écrit par

Fondu d'entrepreneuriat, d’informations inutiles et d’humour noir. Je cherche activement un lien entre Rocky, le Hip-Hop, l'OM et les startups.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *